Première étape de l’ascension de DiDi dans le monde : Taïwan

DiDi Taïwan
Didi Chuxing est une application chinoise de réservation de taxis, en temps réel, via smartphone. L’application s’est fait remarquer pour avoir vaincu Uber sur le marché chinois et par ses divers investissements récents sur les marchés Asiatiques, Américains et Européens.

Qu’est-ce que DiDi ?

DiDi Taïwan logo

Fondée en 2012 en Chine, DiDi est présidée par Jean Liu (fille de l’homme d’affaire Chuanzhi Liu, fondateur de Lenovo). L’entreprise, basée à Pékin, se développe rapidement dans le monde, notamment par de nombreux investissements dans des entreprises concurrentes d’Uber (l’application de réservation de chauffeur privé en temps réel). Avec 450 millions d’utilisateurs en Chine continentale, DiDi souhaite aujourd’hui étendre son nom sur de nouveaux marchés, à commencer par Taïwan.

 

Les particularités du marché taïwanais dans le secteur des taxis et VTC

Le marché taïwanais est réputé pour le fort pouvoir qu’ont les lobbies des taxis. La réglementation interdit aux particuliers au volant de leur voiture personnelle, d’exercer en tant que chauffeur. Les taxis légaux ont forcé Uber à revoir sa stratégie et sa façon de fonctionner habituelle pour rester présent sur le marché taïwanais. En effet, toutes les activités de l’application de chauffeurs privés ont été suspendues à Taïwan pendant quelques mois en 2017. Uber a du s’associer aux opérateurs de taxi officiels (Crown Taxi, Ya Tai Taxi et Q Taxi). Utiliser Uber à Taiwan revient dorénavant à commander en taxi. De la même façon, DiDi s’est rapproché de la firme taïwanaise LEDI Technology pour y gérer une franchise sur l’île ne faisant appel qu’à des chauffeurs de taxi certifiés.

 

La proposition de valeur de DiDi

DiDi souhaite être présente sur deux segments : les taxis (Didi Taxi) et le covoiturage (Didi Hitch).

Elle promet ainsi aux chauffeurs de taxi davantage d’efficience avec un temps d’inactivité entre deux courses réduit et un plus haut revenu. Didi Taxi devrait rapidement élargir les moyens de paiement disponibles, du cash à la carte de crédit et au paiement mobile.

Didi Hitch est encore en version Beta. Les utilisateurs partageront dans un premier temps les frais d’essence, de péage etc. en cash. Cependant des options plus sécurisées et avantageuses, notamment en terme de paiement mobile, devraient suivre.

DiDi vise aujourd’hui des marchés beaucoup plus lointains. La firme vient d’acquérir l’entreprise brésilienne 99 pour se faciliter l’accès aux marchés latino-américains. En octobre dernier, c’est un partenariat avec Taxify qui permettait au chinois d’accéder aux marchés européens, et notamment français. Elle a également fait le choix de se diversifier sur le segment de partage de vélo en achetant la startup chinoise Bluegogo.

Que pensez-vous de cette législation taïwanaise qui interdit le transport de personnes par des particuliers au volant de leur voiture personnelle, bien qu'affiliés à un service de transport à la demande comme Uber ?

Sources

"Didi makes first move outside mainland China with Taiwan launch". Steven Millward pour techinasia.com, janvier 2018.

"Didi confirms it has acquired 99 in Brazil to expand in Latin America". Ingrid Lunden pour techrunch.com, janvier 2018.

Articles similaires

Partagez cet article !
  • 14
    Partages

2 commentaires sur “Première étape de l’ascension de DiDi dans le monde : Taïwan”

  1. Je comprends la position taïwanaise, la stratégie de ces plateformes est tout de même très (trop) agressive par rapport au risque de coût social et de distorsion de concurrence. En tous cas, les sociétés existantes localement ont apparemment profité de la concurrence DiDi/Uber.
    J’ai lu dans la presse que DiDi allait arriver sur le marché européen et même en France via une prise de participation dans une compagnie digitale de transports basée en Estonie. C’est toujours d’actualité?

    1. Oui ça l’est ! Il s’agit de Taxify que j’ai brièvement mentionné en fin d’article. Si vous avez des questions par rapport à cette alliance, n’hésitez pas à revenir vers moi. 🙂

Laisser un commentaire