L’usage du mobile en Asie du Sud-Est

connectwithasiamobileasie
Le mobile se développe d’année en année, notamment comme support d’utilisation des réseaux sociaux, de l’e-commerce et plus largement de l’internet. Tous les réseaux sociaux ont développé leurs applications et certains ne sont accessibles que par mobile. Aujourd’hui, la plupart des sites offre un design dit « responsive », c’est-à-dire qui s’adapte aux différentes tailles d’écran.
L’Asie ne fait pas exception à cette règle et est d’ailleurs plutôt en avance sur le sujet. 45% des utilisateurs de smartphone se trouvent en Asie de l’Est et du Sud-Est. Les données chiffrées utilisées pour cet article datent de janvier 2017 et concernent les populations adultes.

Tour d’horizon de l'usage du mobile en Asie

Un plébiscite pour le mobile

Le smartphone est très largement utilisé dans la région. Beaucoup plus que les tablettes, lesquelles sont utilisées par 41% de la population à Singapour, mais dont les pourcentages d’utilisation par les populations des autres pays oscillent entre 5% (Indonésie) et 36% (Hong Kong).

Il en est de même si l’on compare à l’utilisation de l’ordinateur. Les plus grosses différences d’utilisation des deux supports se trouvent en Malaisie et en Thaïlande (44 points de différence, en faveur du téléphone « intelligent »).

Ainsi, en fonction des pays, 47 à 91% des populations utilisent un smartphone. Les champions étant, la Corée du Sud et Singapour (91%). Pas très loin, on trouve Taiwan (82%) et la Malaisie (81%).

Concrètement, quel est l'usage du mobile en Asie ?

De manière générale, les principaux usages du mobile en Asie sont le visionnage de vidéos et la consultation d'applications de messagerie. Cette première activité est dominée par Taiwan (86% des utilisateurs choisissent leur smartphone pour regarder des vidéos), la Corée du Sud (82%) et Hong Kong (81%). Pour la seconde, on retrouve Taiwan (84%), suivie de Hong Kong (72%) et Singapour (71%). Pour comparer, les français sont eux aussi amateurs de vidéo via mobile (72%) mais également de jeux vidéos (43%), les applications de messagerie arrivent après (39%).

Autres usages, moins développés que les précédents, mais tout de même intéressants à regarder: celui des applications de navigation (en moyenne, 50% des utilisateurs asiatiques) et des banques (39%).

L'exception japonaise

Seul le Japon se démarque avec une utilisation plus importante de l’ordinateur (89%) que du smartphone (59%). Mon analyse sur ces résultats est la suivante:

Le support mobile a mis un peu de temps à s’implanter sur le marché japonais, malgré la demande. Les constructeurs japonais ne produisaient que pour le marché intérieur (mis à part Sony). Ils n’ont ainsi pas su prendre le virage du smartphone à temps. L’arrivée d’acteurs étrangers était, par ailleurs, peu encouragée par les distributeurs locaux. L'iPhone a été introduit en 2008 sur le marché, et reste aujourd’hui la principale alternative étrangère, le reste des acteurs du marché étant des marques locales.

C’est probablement en partie pour cette raison, et de manière étonnante, que les consommateurs japonais, généralement très compétents en produits technologiques, sont en décalage par rapport aux populations d’Asie de l’Est et du Sud-Est, avec cette préférence pour l’utilisation d’un ordinateur.

Cependant, il reste intéressant de noter que la principale activité des japonais sur mobile est dans la lignée de leurs voisins. Il s'agit de la vidéo, avec 76% des utilisateurs de smartphone.

 

Focus sur l'usage d’internet

A l'image du reste du monde, la tendance en Asie est à l’augmentation de la part du mobile dans le trafic internet. Cependant, l'ordinateur est loin d’avoir laissé sa place au smartphone.

Si l’on exclut la Chine, le pays du « mobile first » (dont la part, en augmentation de 39% entre 2016 et 2017, s’élève à 56%), les pays d’Asie dite de l’Est (Corées, Japon, Taiwan) consultent en majorité internet via un ordinateur.

La part du mobile est à l’inverse plus importante dans les pays de Sud-Est de la région (notamment au Laos (89%), en Birmanie (70%) et en Thaïlande (66%). Les Philippines, Singapour et le Vietnam préfèrent encore l'ordinateur. Mais l’écart tend à se réduire entre les deux plateformes.

A titre de comparaison, en France, l’usage d’internet sur smartphone représente 23%. On constate une augmentation de 16% par rapport à 2016 (contre une part de 69% sur l’ordinateur et 8% sur tablette).

connectwithasiatraficwebparsupport2017
© Connect with Asia, 2017
Données: We are social et Hootsuite

A noter que la tendance générale d’utilisation de la tablette (non représentée sur le graphique) est à la baisse. De même que les autres plateformes qui offrent l’accès à l’internet (console, TV etc.), lesquelles sont très peu utilisées.

 

Retour d’expérience : en ville mais pas que, le mobile en Asie est partout !

Bien que toujours très populaire, notamment pour internet, l’ordinateur reste utilisé par moins d’individu que le smartphone en Asie.

Mobile en province
Ilocos Norte Province, Philippines
Ilocos Norte, Philippines | © Connect with Asia, 2017

Après plusieurs voyages dans divers pays d’Asie, j’ai pu observer de grandes disparités entre les usages citadins et ruraux. Mais dans tous les cas, les smartphones occupent une part de plus en plus importante dans la vie des populations. Il est vrai que dans les pays toujours en voie de développement, l’accès y est parfois un peu plus restreint, notamment dans les zones reculées. Beaucoup de gens se servent de téléphones portables classiques. Cependant, cela relève, selon moi, davantage du manque d’infrastructures et de moyens, que de la demande elle-même.

De plus, dans des pays comme la Malaisie ou l’Indonésie, le smartphone peut apparaître comme préférable à l’ordinateur. Justement en raison du budget limité des individus. Cet outil permet de téléphoner et d’utiliser internet partout. Cela rend l’achat d’un smartphone plus intéressant que celui d’un ordinateur (dans le cas où il faille choisir entre les deux).

En France, une grande partie de la population possède son propre ordinateur, de plus, les institutions (médiathèques, collèges, associations…) en mettent à disposition. A l'inverse, la famille chez laquelle je suis restée au Philippines n’avait, par exemple, qu’un seul ordinateur pour le foyer. Par manque de moyen, celui-ci n’était pas connecté et pour avoir internet, il fallait aller jusqu’au centre de la ville la plus proche. De nombreux foyers étant dans ce cas, s'est créé un certain nombre de petites structures d’initiative privée de type « Internet Café ». 

Mobile en ville
Singapore
Singapour | © Connect with Asia, 2017

En métropole, aux Philippines et ailleurs, les utilisateurs de smartphones sont nombreux, sans distinction d’âge car même les seniors s’en servent. Ces derniers privilégient les appels et les applications de messagerie instantanée.

Donc, dans la diversité culturelle, géographique et sociale de l’Asie Pacifique, on constate un phénomène commun : la très rapide pénétration des technologies de communications digitales avec une diversification des usages (le seul frein étant les infrastructures bien plus que des réticences psycho-sociales). Cette rapide pénétration annonce un engouement durable de part la mobilité absolue que représente le smartphone.

Mobile partout

Quiconque a regardé les récentes séries télévisuelles (dramas) sud-coréennes, chinoises, taïwanaises etc., a pu remarquer l’énorme effort de placement de produits technologiques (en particulier les smartphones).

Ces informations commerciales sont intégrées à l’intérieur même des scénario. De longues minutes sont ainsi consacrées à faire de la pédagogie d’utilisation d’applications ou de paiements par mobile, par des acteurs extrêmement populaires. La création télévisuelle japonaise échappe davantage à ce genre de publicité. Mais le succès de l’industrie télévisuelle et musicale de la Corée du Sud partout en Asie a permis une large diffusion de cette pédagogie des technologies digitales.

Les consommateurs sont donc très familiarisés à l'usage du digital. C’est sans doute ce qui explique en partie l’assez grand éventail des âges des utilisateurs réguliers de mobiles en Asie. A la différence de ce que nous pouvons connaître en Europe.

Et vous, êtes-vous plutôt smartphone ou ordinateur ? 🙂

Sources

"Digital in 2017: Eastern Asia". We Are Social et Hootsuite, janvier 2017.

"Digital in 2017: Southeast Asia". We Are Social et Hootsuite, janvier 2017.

"Le marché de la téléphonie mobile au Japon". CCI France Japon, mars 2016.

"More seniors surf via smartphone: Poll". Irene Tham pour The Straits Time, novembre 2015.

Articles similaires

Partagez cet article !
  • 7
    Partages

Laisser un commentaire